Le pardon vendéen

Graphiste Vendée webmaster 85 imprimerie agence digitale web vendée nantes Paris imprimerie signalétique publicité adhésive vendée

 

Serveau, volontaire de Limoges en 1794, avait fait partie d’une colonne incendiaire, Il avait mis le feu au village de la Fructière dans la paroisse de Saint Fulgent et y avait massacré des femmes et des vieillards. Parmi ces victimes se trouvait la femme Moreau.

Vieux et pauvre, Serveau vint mendier dans les fermes,qu’il avait livrées aux flammes et ou il fil couler tant de sang. Au lieu de le repousser, et de le regarder avec horreur, les paysans l’assistèrent avec la plus grande commisération, lui procurèrent un refuge, et lui achetèrent même un petit mobilier. Epris du désir de revoir son pays Serveau, vendit tout ce qu’on lui avait payé. Ses voisins lui donnèrent encore une somme d’argent pour les frais du voyage. Serveau avait promis de ne plus reparaître au pays. Malgré ses promesses, il y revint encore.

En 1858, âgé presque de cent ans et devenu malade, il fut reçu à la Fructière chez le fils de le femme Moreau qu’il avait égorgée. Et  fut traité avec le plus grand soin, par ce généreux Vendéen jusqu’à son dernier soupir. Il s’empressa surtout de lui faire administrer, les derniers sacrements par le vénérable M.eur Bethuis curé de Saint Fulgent.

Avis visiteurs :
[Nbre : 1 Moyenne : 5]

stickers autocollants decoratifs personnalisés regionaux


Vous aimerez aussi...