L’homme à la moto, patois vendéen

Graphiste Vendée webmaster 85 imprimerie agence digitale web vendée nantes Paris imprimerie signalétique publicité adhésive vendée

 

L’homme à la moto, patois vendéen

 

Depis l’temps qu’l’en parlet , l’gars d’Alcide  Corneteau

Fallet bé que l’y arrive à s’payer ine moto

Quant l’é rentré , chez li ,monté su tchell engin

Dame ô manqué pu qu’tcheu li qu’é poué trop malin

Que l’s’étét écriaie son pauv’ bounhomme de père

Ysé sûr qu’l’en a pas pour longtemps dans l’derrière

Bé voyez vous ? l’bounhomme l’avet poué vraiment tort

Car pas pu tard qu’hier , l’a bé manqué d’êt mort

 

Y vas d’abord vous djire vous ô savez sûr’ment

Depis que l’gars d’Alcide é v’nu do régiment

Le s’et amouraché , de la fallie Jacquette

Tchi l’a t’encouragé à faire tchell drôle d’empiette

A l’en a peurfité un sèr que l’étet soul

Dame , lé pas mal bézé ..a y mang’ra ses sous

A vrai djire , la drôlesse ..bé  a l’ô z’aime tell’ment

Tchés émotions d’vitesse..pis tot tchés trimball’ments

 

Durant la belle saison l’en t’y fé dos tours

Dos tours pis dos détours presqu’à longur de jours

Au moument d’la Toussaint lés premers fréds sont v’nus

Le motard deurdeillet  l’étet mouété perdu

L’avet même pas d’cache naïe et pis pas d’gabardine

L’a bé v’lu emprunter quques sous à sa copine

Ah oui mais la fi d’vesse qu’étet trop dépensière

Avet pu un radis au fond d’sa migaillyère

 

Comme à l’étet à sec ..mais pas à court d’idaïes

A l’y répond comme tcheu  fallet qu’a sège rusaïe

Si tu vux pas qu’ô t’buffe  do vent dans la gorgeouère

Enleuve me tcho pal’tot ..pis musse le d’vant dorrère

Y vas t’l’aboutouner dans l’mitan d’ton échine

Comme tcheu tu craindras pu qu’ô t’tombe su la pouétrine

Sitout djit sitout fé , le monte su sa peutouère

Acoutré comme pas yen , lé partchi ventre à terre

 

Qu’è to qui sé passé ? parlez me pas d’malhur

Mais Alcide Corneteau  sé cassé la figure

Dame o l’à bé fallu qu’la beuque à Jean Godet

Rentrant  à l’etchurie traveurse sans argarder

Le y a tapé dans l’tchu , et pis l’devers l’a pris

L’a t’été s’étaler aux pieds d’la mère Marie

La bounne femme  affolaïe  en voéyant tchell att’lage

A t’adju bétout fé d’amuter tot l’village

 

Accourez dan teurtos voyez tcho pauvre corps

Qu’a la taïte d’vant darrère mon Dieu lé sur’ment môrt

Les hommes ont poué tardé  à prendre ine décision

Faut y r’virer la taïte dans la bounne djirection

Le y sont à quatre tchirant chacun lu bout

O fallit bé forcer peur y détordre le cou

Pis dame la mère Marie qu’é mouété infirmière

Avet sa pharmac’rie d’produits vétérinères

 

Quant  a l’a v’lu l’frotter  qu’a la soul’vé  sa ch’mise

A poussit un bai cri tell’ment qu’à fut surprise

Seigneur Jésus ..qu’é t o qu’y oué bonté divine

L’a son pauv’nanboureil qu’é rendu dans l’échine

Téléphonez  bé vite  à la police secours

De l’ouère en tchell état o commence à m’faire pour

Le l’avant embarqué couché su ine cevère

Et même sans s’émoyer si l’étet d’vant darrère

 

Vous ô crèrez pt’être pas mais l’ Alcide Cornetea

Avec son cou , piatré su son let d’hopitau

L’a bé trouvé l’moyen d’aller ,faire belle figure

A la ptite infirmière ; qui y fé ses piqûres

Parait qu’ô lé la feille do grous factur Rhésus

Le va pt’être  l’embaucher a lé riche comme Crésus

Mais la Jacquette ma djit si jamais l’fé tchô coup

Sitout que l’sra su pieds mâ y i tord le cou

 

FELIX MOREAU

octobre 1989

Avis visiteurs :
[Nbre : 0 Moyenne : 0]

stickers autocollants decoratifs personnalisés regionaux


Vous aimerez aussi...